Un an et demi

Publié le par Fourmi

"De toute manière, quoique je fasse je n'aurai pas mes examens..."
Finalement, je les ai eu. Il ne restait plus qu'à attendre LE job...
Au bout de quelques semaines, on m'annonce que je dois partir, tout quitter, changer de région. Renoncer à ma vie ici, pour partir là-bas.
Je reçois mon lieu précis d'affectation trois jours avant de prendre mon poste.
Il faut partir, trouver un appartement en une petite journée et surtout se faire à cette nouvelle existence, prendre ses marques dans la boîte.
400 Km me séparent de celui que j'aime alors...La distance ne nous permettra pas de tenir. La distance et puis d'autres erreurs que j'ai commises et que je regrette encore aujourd'hui.
Première découverte des lieux, des personnes, de ma fonction.
Une année pendant laquelle seul le boulot comptera, une année durant laquelle personne ne sera là pour moi, si ce n'est une demoiselle d'exception qui a su m'aider à faire face dans les pires moments auxquels j'ai été confrontée.
Difficile de faire sa place dans une ville que l'on ne connaît pas... tout est à refaire.
Quelques connaissances. Mais le plus important est loin. Mes proches ne sont pas là dans les moments de doutes. Pourquoi leur confier mes peines s' ils doivent éprouver ce chagrin: "tout va bien, c'est sympa ici".
Oui, le boulot, rien que ça. Je me donne et je m'oublie. J'essaie d'avancer tant bien que mal, dans un monde nouveau.
Je reste seule, avec ma clope pour seule compagne, avec mes moments de blues et d'espoirs, avec mon PC et quelques inconnus du net qui nous donnent l'impression d'exister et d'avoir de l'importance: juste une illusion.
 

Publié dans Humeurs

Commenter cet article

zoso 29/06/2005 15:30

La vache !
Il est magnifique ton blog !!!
Félicitations, c 'est ce que j'ai vu de mieux. Très beau, simple d'utilisation, ludique. bravo, continues, et stop la déprime !!!!!

dooog 28/06/2005 23:42

Moi j'espere et je crois qu'il y'a une deuxieme partie a cet article. Et puis je n'ai jamais été d'accord avec ca -" Pourquoi leur confier mes peines s' ils doivent éprouver ce chagrin: "tout va bien, c'est sympa ici".-
la peine est deux fois moins lourde a porter à deux, et la personne avec qui on la partage ressent ca comme un signe de confiance et de complicité,
et c'est la meme chose quand on partage ces joies.
PS : fé so sou's'pull! :D

K 28/06/2005 18:14

As-tu réellement besoin des autres pour exister et t'en rendre compte ? Je trouve ta dernière phrase si étrange...