Un homme sur mon lit

Publié le par Fourmi

Résumé des événements de samedi:
Tout commençait mal, puisque quelques minutes avant que des amis ne passent chez moi: j'avais une fois de plus perdu mes clés. Devant ma porte fermée ... je me disais que cette fois, j'étais réellement coincée, n'ayant pas de propriétaire à contacter pour avoir un double.
Je les avais juste perdues dans la voiture d'une amie en fait... maudit trousseau, que je perdais pour la seconde fois en quelques semaines.

Finalement, comme prévu, on a fait notre petit repas. L'heure d'aller en boîte approchant à grand pas, notre picolo-dragu'man professionnel sombrait dans un gouffre de fatigue si profond que je lui ai proposer d'aller s'allonger quelques minutes sur mon nouveau et grand lit... à la seule condition qu'il veuille bien retirer ses chaussures, avant de s'installer.
Le premier homme sur mon nouveau lit, dans mon nouvel appartement était allongé, là, devant moi...

et s'était vite mis à ronfler tel un animal blessé, au souffle mourrant. Bref. A noter que le second homme à s'installer (pas très confortablement) sur mon lit a été Brad... pour mon massage.
J'ai eu bien du mal à réveiller Franck. Mais l'heure était venue de partir. Il me fallait immortaliser le moment par une photo souvenir.

J'ai pas tous les jours un individu de sexe masculin dans mon repère de vielle demoiselle.
La soirée en boîte a été mémorable... Jamais je ne m'étais autant amusée. Coiffées de nos chapeaux de catherinette, l'occasion était idéale pour tenter de rencontrer des garçons intéressants.
Défilé dans la boîte, en long en large et en travers... danse torride sur la banquette, pieds nus (enfin, avec mes collants multicolores quoi), danse sexuelle sensuelle avec Franck, jeu à trois des glaçons qui se faufilent partout partout partout...


C'est sans compter avec le moment douloureux des slows. Je l'aurais presque oublié celui-là!

Finalement, j'ai proposé à ma compagne d'infortune de danser, car on était là pour ça. Deux individus bêtes hommes pseudo-hommes ont dégainé leur sourire, pour nous proposer un moment de tendresse (beark). Le comble: "tu poses ton chapeau, j'ai pas envie d'attirer l'attention!" "Nan,nan je le garde, sinon, on ne danse pas."
Extrait du dialogue:
- Alors ça va, demande lourdoman.
- Oui oui, ça va et toi?
- Bah on est venus là, parce qu'on s'est fait jeter du bal. Pourtant c'était marqué dans le journal. En fait, c'était privé.
- Ah, tu n'avais pas les bonnes chaussures (à n'en pas douter: oui!), dit Fourmi.
...
Un long moment de solitude.
Et lui et moi de demander en même temps.
"Tu fais quoi dans la vie?"
- Vas-y, déclare Fourmi.
- Non, toi, vas-y.
- (Bon on va y passer le soirée je crois...) Bah moi, faut le deviner avec mon chapeau. Et toi?
- Moi je bosse dans les clous.
- Ah c'est bien et ça te plait? (Je sais c'est nul... mais que dire?)
- Non pas vraiment.
... Un très long moment de solitude.
- Tu habites où, demande lourdoman.
- Euh, pas ici en fait...
Pendant ce temps là, ma copine danse toujours avec le sien. Elle aura le numéro de lourdoman2 à la fin de la soirée.

En fait c'est toute la conversation ça, hein... Oui oui...

Bon, il a fallu abréger... Il dansait extrêmement mal et là, je me suis dit que rien que pour le plaisir de prendre du plaisir à deux... je serais mieux dans les bras de Franck.
"Je vais lui demander un slow ensuite...tiens."
J'abrège mes souffrances et je remercie poliment Lourdoman du moment passé.
Et je me dirige allègrement, vers Franck, pour l'inviter. Et  Hop... Lourdoman était un peu dégouté de ne pas avoir pu passé la première: S'en est-il rendu compte?

Quelques minutes plus tard. Je suis assise, je sirote mon jus d'orange et je fume une cigarette.
Un petit jeune déboule, me félicite pour mon chapeau et ma copine d'ajouter:
- Elle a 25 ans, en plus elle est célibataire. ("Merci Marguerite! C'est trop de bonheur là")
S'ensuit alors une belle minute de solitude, pendant laquelle la notion de relativité du temps prend tout son sens. ENCORE!
Et l'arrivée salvatrice de Franck à mes côtés... m'a permis de dire au jeunot que "désolée, ça c'est mon copain". Pour plus de vraissemblance devant l'individu, il a fallu mimer l'amour avec Franck qui était déjà bien éméché... Tout ce qu'il attendait en fin de compte.

A noter que Franck est un bon copain, juste un bon copain... Rien qu'un bon copain.

Publié dans Célibataire

Commenter cet article

25.12 03/12/2005 23:21

qu'a te rit nette

jc de l equipe de choc 01/12/2005 19:25

ha les joies du célibat
une bonne soiré quoi

brad 01/12/2005 10:34

ben dit donc qu'elle soirée....fourmi tu m'étonneras toujours autant dans t'es récit tout feu tout flamme..
ha vi nil etre a cheval sur le lit de fourmi etais drole , une sensation equestre .... lol je rigole ... bisous

Fourmi 01/12/2005 21:19

Sensation équestre... tu l'as dit ;-) Je me suis surprise moi-même...

Nil Sanyas 30/11/2005 21:39

Je hais Franck :-)

Fourmi 30/11/2005 21:51

Et encore, tu n'as pas vu Brad à cheval sur moi, en train de me masser...